Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Woman speaking with her physicianLettre de la région
Bâtir sur
nos assises
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Réal Cloutier, président-directeur général intérimaire
Été 2018

L'Office régional de la santé de Winnipeg est en pleine transformation.

Il y a tout juste 15 mois, en avril 2017, nous avons dévoilé notre plan Guérir notre système de santé, un plan audacieux visant à améliorer la prestation des soins en regroupant les services d'urgence dans trois des six hôpitaux de Winnipeg et en augmentant notre capacité d'offrir aux patients des options de soins urgents.

La première phase du plan est entrée en vigueur en octobre dernier, avec la décision de convertir le service des urgences de l'Hôpital général de Victoria en centre de soins d'urgence et d'interrompre les services de soins d'urgence au Centre de santé Misericordia. Nous avons également ajouté 65 lits de soins à domicile de transition et créé le service de soins à domicile prioritaires afin d'accélérer le congé des patients âgés hospitalisés. Pour les patients âgés qui ont besoin de plus de temps de récupération, nous avons ajouté une nouvelle catégorie de lits de soins subaigus.

Ces changements, ainsi qu'un certain nombre d'autres mesures, ont contribué à une série d'améliorations dans la prestation des soins, notamment une réduction de 15 % des temps d'attente dans les services d'urgence de la ville. En mai, nous avons annoncé notre intention de tirer parti de ce succès en mettant en œuvre la deuxième phase de notre plan, dans le but de réduire les temps d'attente aux urgences de 15 % supplémentaires.

Comme dans le cas de la première phase, une grande partie des centres de la deuxième phase est axée sur les efforts que nous déployons pour modifier la façon dont nous offrons des services d'urgence et de soins d'urgence. À cette fin, nous allons de l'avant avec les plans déjà annoncés pour consolider les services d'urgence à l'Hôpital Grace, à l'Hôpital Saint-Boniface et au Centre des sciences de la santé (CSS) de Winnipeg. Nous sommes également en train de convertir le service des urgences de l'Hôpital général de Seven Oaks en centre de soins d'urgence et de transformer le service des urgences de l'Hôpital Concordia en clinique de soins sans rendez-vous.

Pour appuyer ces changements, nous augmentons la capacité des trois autres services d'urgence des hôpitaux. L'hôpital Grace, par exemple, a récemment ouvert un nouveau service d'urgence de 43,8 millions de dollars, soit trois fois plus grand que l'ancien et capable de traiter 60 000 personnes par an. Nous dépensons également 1,2 million de dollars pour améliorer la zone de traitement de moyenne à faible acuité au CSS de Winnipeg (qui doit être terminée d'ici janvier 2019), et 5 millions de dollars pour de nouvelles salles de triage, d'attente et de traitement de moyenne acuité à l'Hôpital Saint-Boniface (qui doit être terminé d'ici l'été 2019).

Lorsque ces travaux seront terminés et que nous aurons constaté d'autres améliorations dans les temps d'attente aux urgences, nous procéderons à la conversion des services d'urgence de Concordia et de Seven Oaks en juin 2019 et septembre 2019, respectivement.

D'ici la fin de la deuxième phase, nous aurons investi près de 50 millions de dollars dans la construction et la rénovation afin de consolider et d'étendre les services d'urgence au sein de la ville.

Ces changements reflètent un changement majeur dans la conception clinique de la façon dont nous envisageons la prestation des soins d'urgence. Comme je l'ai déjà mentionné dans cette chronique, les soins d'urgence ont déjà été fournis dans six hôpitaux situés dans la ville. Il en est résulté un accès inégal aux soins et des temps d'attente plus longs que nécessaire pour consulter un médecin ou passer un test diagnostique. Trop souvent, les patients devaient être transférés d'un service d'urgence à l'autre pour obtenir l'évaluation spécialisée et les tests diagnostiques nécessaires pour déterminer le traitement le plus approprié.

En tentant d'offrir six guichets uniques pour les soins d'urgence, on a également créé des salles d'attente remplies de patients aux prises avec un large éventail de problèmes de santé, des plus graves aux moins urgents, ce qui a également contribué à des temps d'attente plus longs que nécessaire. Le problème était aggravé par le fait que les hôpitaux n'avaient pas d'orientation particulière et que les lits de soins actifs étaient souvent occupés par des patients en convalescence, en attente de soins à domicile ou placés dans un foyer de soins personnels.

Le plan Guérir notre système de santé aborde ces questions de la façon suivante :

  • Le regroupement des services de santé d'urgence dans trois hôpitaux garantit l'accès aux soins et les tests de diagnostic sont fournis de façon beaucoup plus uniforme dans l'ensemble du système.
  • La construction d'un nouveau service d'urgence à la fine pointe de la technologie au Grace et l'agrandissement des installations de Saint-Boniface et du CSS de Winnipeg créent la capacité nécessaire pour fournir des soins en temps opportun.
  • La création de deux centres de soins d'urgence aux extrémités nord et sud de la ville et l'agrandissement des espaces subaiguës dans nos services d'urgence hospitaliers assureront aux patients le niveau de soins le plus approprié à leurs besoins.
  • La création de 65 lits de soins à domicile supplémentaires et le nouveau service de soins à domicile prioritaires nous permettent d'accélérer le congé des patients âgés de l'hôpital et d'offrir des soins à domicile.

Comme nous l'avons mentionné plus haut, le plan donne déjà des résultats positifs. Au cours de la dernière année, nous avons constaté une baisse spectaculaire du nombre de patients en attente de soins à domicile ou de placements dans des foyers de soins personnels, ce qui a entraîné une réduction globale de la durée de séjour des patients à l'hôpital. Cela a libéré de l'espace pour les patients qui ont besoin d'un lit d'hôpital.

La décision de convertir le service des urgences de Victoria aux soins d'urgence s'est également avérée fructueuse. Les temps d'attente ont diminué de près d'un tiers, tandis que la durée du séjour a diminué d'environ 25 %. Et il est important de noter que ces améliorations ont été réalisées même si le volume de trafic à Victoria est en hausse de 28 %.

Cynthia Posner, infirmière au centre de soins d'urgence de Victoria, affirme que l'amélioration de l'expérience des patients a été spectaculaire, en partie parce que le personnel se concentre maintenant sur les patients ayant des problèmes de santé moins graves plutôt que sur un mélange de patients en urgence et de soins d'urgence.

« Les patients, pour la plupart, ne sont pas aussi gravement malades qu'à l'époque où nous étions un service d'urgence », dit Posner dans une question-réponse affichée sur notre site Web, que vous pouvez lire ici (en anglais seulement).

Cela a permis d'accélérer les soins aux patients.

« Dans la salle d'attente, même lorsqu'elle est pleine, nous semblons avoir un taux de roulement plus élevé, de sorte que les médecins, les infirmières praticiennes et nos assistantes médicales sont en mesure de voir les patients beaucoup plus rapidement en raison de la diminution de l'acuité, dit-elle. Quand nous étions un service des urgences, je me souviens que nous avions l'habitude de voir 80 à 90 personnes toutes les 24 heures. Je n'ai pas les statistiques exactes, mais je sais que nous voyons jusqu'à 135 personnes maintenant, donc les choses avancent beaucoup plus vite et nous voyons beaucoup plus de patients. »

Ces améliorations se reflètent dans certains des commentaires écrits que nous avons reçus des patients.

« Le nouveau système a fonctionné pour moi, a écrit un patient. Je suis arrivé à 8 h 30 et je parlais à un médecin avant 9 h ».

Un autre a écrit : « Je suis venu aux soins urgents hier après-midi et j'ai été agréablement surpris de la rapidité, de l'efficacité et de la rigueur du processus du début à la fin ».

L'expérience à Victoria est un bon indicateur de ce à quoi nous pouvons nous attendre à l'avenir.

Actuellement, nos services d'urgence reçoivent environ 278 000 patients par an. D'ici la fin de la deuxième phase, nous prévoyons que nos services d'urgence recevront environ 193 000 patients par année, tandis que nos centres de soins d'urgence accueilleront environ 85 000 patients par année.

En d'autres termes, le nouvel alignement nous permettra de traiter à peu près le même nombre de patients qu'aujourd'hui. La différence, c'est que nos services d'urgence seront en mesure de fournir les services spécialisés de consultation et de dépistage dont les patients ont besoin, et nos centres de soins d'urgence seront axés sur le traitement des patients qui ont besoin de soins de santé moins graves. Et, grâce à l'agrandissement de l'Hôpital Grace, notre système sera en mesure de gérer la croissance future des patients.

Il y a, bien sûr, plus qu'une réorganisation des services médicaux d'urgence. En fait, il est juste de dire que ce plan touchera pratiquement tous les aspects du système de soins de santé.

Dans le domaine de la santé mentale, par exemple, nous sommes en train de consolider les services aux patients hospitalisés. Pour ce faire, il faudra déplacer les lits en santé mentale de Grace et Seven Oaks à Victoria, où nous prévoyons ouvrir 52 lits en santé mentale d'ici la fin de l'année. Cela améliorera nos espaces de traitement et de consultation sur place à Victoria et améliorera l'accès aux psychiatres sur place. Il y aura également une légère augmentation du nombre de lits en santé mentale au CSS de Winnipeg et à l'Hôpital Saint-Boniface afin de s'assurer qu'il n'y aura pas de perte de capacité de lits en santé mentale pour les patients hospitalisés. Les lits libérés à Grace et Seven Oaks seront utilisés pour accueillir des activités supplémentaires dans d'autres domaines cliniques, comme la chirurgie et les soins subaigus.

Des efforts visant à réorganiser les services ou à améliorer la capacité sont également prévus ou en cours dans un certain nombre d'autres domaines, y compris les soins cardiaques, les soins intensifs, la médecine et la chirurgie. Pour en savoir plus sur nos plans dans ces domaines, cliquez ici.

Alors que nous continuons de travailler à la mise en œuvre de ces initiatives dans les semaines et les mois à venir, il est important de se rappeler que tous ces changements sont entrepris avec un seul but en tête : créer un système de soins de santé moderne, capable de fournir à nos patients les bons soins, au bon moment et au bon endroit. Nos patients comptent sur nous pour leur fournir des services sécuritaires et de bonne qualité. Pour répondre à cette attente, nous avons besoin d'un système de soins de santé mieux organisé et mieux ciblé. Alors que nous entamons la deuxième phase du plan Guérir notre système de santé, il est clair que nous nous rapprochons de cet objectif.