Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Photo of Colleen Schneider and members of the St.James Assiniboia/Assiniboine South LHIGLettre de la région
Le rôle du public
Comment les groupes consultatifs
citoyens aident à orienter la
planification des soins de santé
Membre du personnel de la Région, Colleen Schneider (debout) échange avec les membres du GMLS de St. James Assiniboia/Assiniboine Sud.
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Par Réal Cloutier,
Président-directeur général intérimaire
Office régional de la santé de Winnipeg

Mai/Juin 2018

Comme le savent ceux et celles qui nous lisent régulièrement, j'utilise souvent cette chronique pour expliquer le rôle important que joue notre personnel dans nos efforts continus pour bâtir un système de soins de santé centré sur le patient.

Mais aujourd'hui, j'aimerais vous parler d'un autre groupe de gens qui ont aussi un rôle essentiel dans la mission de l'Office régional de la santé de Winnipeg à cet égard, soit le public.

Dans les dernières années, les organisations de santé de partout dans le monde ont commencé à reconnaître à quel point il est important de mobiliser les membres du public dans la prise de décisions à tous les niveaux des systèmes de soins de santé.

La raison en est simple : la participation du public contribue au développement de services de soins de santé efficaces et à de meilleurs résultats pour les patients.

Ici, dans la Région, nous avons créé un certain nombre de groupes de mobilisation locale en santé (GMLS) et plusieurs autres conseils consultatifs dans le cadre de notre effort global pour mobiliser le public.

Les GMLS et les conseils consultatifs se ressemblent de par leur nature en ce qu'ils sont principalement formés de membres du public et fournissent leurs points de vue sur des questions liées aux soins de santé, mais ils ont des mandats différents. Les GMLS examinent généralement des enjeux plus larges liés aux soins de santé et relèvent directement du conseil d'administration de la Région, tandis que les conseils consultatifs réfléchissent davantage à des sujets d'intérêt particuliers, comme les soins à domicile, la santé mentale ou l'éthique, et fournissent des opinions et commentaires au chef d'un programme particulier ou au directeur de zone communautaire. Les deux types de groupes aident à améliorer nos services et à définir nos priorités. Vous pouvez lire davantage sur les GMLS en cliquant ici.

La Région compte six GMLS répartis dans toute la ville - St. James-Assiniboia/ Assiniboine Sud, Downtown/Point Douglas, River East/Transcona, Seven Oaks/Inkster, Saint-Boniface/Saint-Vital et River Heights/Fort Garry. Chaque groupe compte de 11 à 15 membres environ, à qui on demande d'assumer un mandat de trois ans; les membres se réunissent environ six fois par année entre octobre et avril. Les GMLS sont structurés de façon à remplacer une partie des membres chaque année.

Ces groupes fournissent une excellente plateforme de discussion sur à peu près tous les sujets liés aux soins de santé. Durant la dernière année, par exemple, les membres de GMLS situés partout dans la ville ont pu discuter de divers enjeux, comme le cheminement des patients dans le système et nos prévisions pour consolider les services de santé tel que le mentionne notre plan intitulé Guérir notre système de santé, déposé l'an dernier. Un rapport sur leurs réflexions et recommandations dans ces deux domaines est rédigé et sera bientôt accessible au public.

Une rétroaction communautaire de ce genre est précieuse pour les personnes qui travaillent ici dans la Région parce qu'elle nous permet de comprendre plus précisément les préoccupations et les priorités de la population. Sachant cela, on peut alors apporter les ajustements nécessaires dans notre plan et nos stratégies pour aller de l'avant. En termes simples, les GMLS nous offrent l'occasion extrêmement importante de vérifier si nos plans relatifs aux soins de santé répondent aux attentes de la population.

Si les GMLS sont principalement axés sur les enjeux stratégiques de haut niveau, les conseils consultatifs se penchent davantage sur la façon dont les soins de santé sont livrés aux patients et aux clients dans des domaines ou des programmes particuliers. Présentement, la Région compte des conseils consultatifs dans plusieurs secteurs, comme la santé mentale, les soins à domicile, les soins de longue durée, l'éthique, les services d'urgence et les questions touchant les soins aux patients et aux familles.

Bien des gens qui siègent à des conseils consultatifs sont d'anciens patients ou clients ou encore des membres de leur famille. Comme l'explique notre article sur les conseils consultatifs dans ce numéro, il s'agit là d'une tendance en plein essor dans les soins de santé d'apprendre à partir des informations données par les personnes qui ont fait l'expérience du système. La recherche démontre que les commentaires de patients et de membres de leur famille obtenus de cette façon peuvent effectivement faire d'eux des « membres actifs » du développement d'un modèle de soins centré sur le patient qui illustre bien ce point. Et l'expérience de DeeDee Budgell illustre bien ce point.

Comme l'explique notre article, Mme Budgell est devenue très engagée dans le système des soins de santé quand son mari, Harry, a été hospitalisé après avoir subi un AVC il y a une dizaine d'années.

Photo of DeeDee Budgell
DeeDee Budgell est membre de deux conseils consultatifs de la Région.

Durant le séjour de son mari à l'hôpital, Mme Budgell est devenue une ressource indispensable pour le personnel soignant. Comme l'AVC avait causé des problèmes d'élocution chez Harry, DeeDee pouvait deviner quels étaient ses besoins en santé. De cette façon, elle est devenait une partenaire active dans la prestation des soins à son mari avant qu'il décède.

Heureusement, sa contribution ne s'est pas arrêtée là. Aujourd'hui, elle fait partie de deux conseils consultatifs - le conseil consultatif sur les patients et les familles, et le conseil consultatif sur les soins de longue durée. Dans ce rôle, elle continue de fournir le type d'informations et de conseils dont notre organisation a besoin pour continuer d'améliorer la prestation des soins de santé dans tous nos hôpitaux, cliniques et programmes.

Comme le raconte l'article, DeeDee considère que les personnes qui œuvrent dans les soins de santé accueillent favorablement les rétroactions du public.

« Ce sont des gens passionnés par leur travail, dit-elle. Quand je vais à l'Hôpital Saint-Boniface, je monte à l'étage pour parler avec les gens qui ont pris soin de Harry. Ce sont des personnes formidables! »

Il va sans dire que la contribution de DeeDee et d'autres bénévoles à notre programme de mobilisation du public est grandement appréciée. C'est grâce à leurs efforts que nous pouvons renforcer le rôle du public dans la prise de décisions au sein de la Région. Cela nous permet de continuer à bâtir un consensus à l'échelle de la communauté, qui est nécessaire pour créer un système de santé qui soit durable et centré sur le patient, non seulement pour aujourd'hui mais pour les années à venir.