Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Close up of senior woman's face and eyeNouvelles de la région
Chirurgie de
la cataracte
sans sédation

Une nouvelle procédure améliorera l'accès aux
soins pour des centaines de patients
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Par Susie Strachan
Nov./Déc. 2017

Pendant qu'elle attend son tour pour une chirurgie de la cataracte, Lorraine Beck explique à quel point sa mauvaise vision nuisait à ses activités courantes.

« J'ai toujours eu une mauvaise vue, depuis ma naissance, dit-elle. Dans les deux dernières années, j'ai perdu ma capacité de faire le focus. J'avais de la difficulté à conduire; je ne voyais pas bien le soir. »

L'histoire de Mme Beck n'est pas rare. Tous les ans, des milliers de patients viennent au Centre de santé Misericordia (MHC) pour y subir une chirurgie de la cataracte.

Mais celle-ci sera différente. Contrairement aux autres chirurgies de la cataracte, elle sera réalisée sans aucune sédation de la patiente.

Dr. Stephen Brodovsky
Le Dr Stephen Brodovsky effectue une chirurgie
de la cataracte sans sédation chez une patiente
au Centre de santé Misericordia.

La procédure « sans sédation » a débuté au Centre Misericordia au mois d'août dernier dans le cadre d'un projet pilote. Cette nouvelle technique a pour principal avantage de permettre des économies de temps et d'argent, ce qui libère des ressources qu'on peut réinvestir dans plus de chirurgies de la cataracte, explique le Dr Mathen Mathen, chef de l'ophtalmologie pour l'Office régional de la santé de Winnipeg.

« La chirurgie sans sédation est une nouvelle option offerte aux patients qui n'ont aucun autre problème de santé », explique le Dr Mathen, ajoutant que le principal changement, c'est que l'anesthésiste n'a pas besoin d'endormir le patient. « Il n'y a pas d'intraveineuses, les patients peuvent entrer dans la salle d'opération sur leurs deux pieds et ils peuvent récupérer plus vite. »

En réalisant 1500 chirurgies de la cataracte sans sédation cette année, les chirurgiens ophtalmologistes du Centre Misericordia pourront faire 200 interventions de plus qu'auparavant grâce aux économies réalisées. Les chirurgiens de Brandon pratiquent également la technique sans sédation pour les patients atteints de cataracte.

Les chirurgies de cataracte sans sédation sont un prolongement des travaux novateurs que l'équipe du Centre Misericordia mène depuis des années.

En 2015, par exemple, dans une recherche sur la cataracte, les patients ont été classés en deux catégories : ceux à risque élevé, et ceux à faible risque. Chez les patients à faible risque, il n'était pas nécessaire de monter un dossier préopératoire et de passer un bilan de santé chez le médecin, ce qui a permis aux patients de gagner du temps, et engendré des économies de 1,2 million de dollars par année en tests superflus et en visites supplémentaires chez le médecin.

Les patients opérés sans sédation sont ceux qui présentent le risque chirurgical le plus faible dans le groupe des patients à risque peu élevé, explique le Dr Mathen.

Quant à elle, Mme Beck est enchantée de faire partie du projet pilote et de compter parmi les dix patients environ qui se feront opérer de la cataracte sans sédation ce jour-là.

Aujourd'hui, l'opération sera dans son œil gauche, l'autre œil ayant été opéré quelques semaines plus tôt.

« La première chirurgie (faite par le Dr Stephen Brodovsky) s'est bien passée, raconte-t-elle. Ma vision s'est tellement améliorée que mon œil droit est presque parfait et peut voir clairement les choses à une certaine distance. »

Pour l'opération d'aujourd'hui, Mme Beck a reçu des gouttes spéciales dans l'œil, ce qui a dilaté la pupille. Des infirmières l'ont accompagnée à la salle d'opération et l'ont aidée à s'installer sur la civière, puis elles ont placé un drap sur son visage et son corps. Le Dr Brodovsky a administré des gouttes ophtalmiques anesthésiantes pour insensibiliser l'œil de la patiente. Puis il s'est mis au travail.

Au microscope, il a pratiqué une minuscule incision sur le côté de l'œil de Mme Beck à l'aide d'un petit scalpel. Un appareil à ultrasons a servi ensuite à briser la cataracte (le cristallin) en petits morceaux, qu'il a retirés par aspiration. Enfin, il a inséré une lentille intraoculaire (LIO), l'a fait dérouler et positionné correctement avant de refermer l'incision. Cette lentille permettra à Mme Beck d'avoir une vision de presque 20/20, mais elle devra porter des lunettes pour lire.

Une fois l'opération terminée, les infirmières ont aidé la patiente à s'asseoir, puis à marcher jusqu'à la salle de repos. La procédure a pris un peu moins de dix minutes en tout, soit au minimum cinq minutes de moins que la même chirurgie avec sédation.

Pendant qu'elle attend dans la salle de réveil la personne qui la raccompagnera à la maison, Mme Beck affirme qu'elle voit déjà mieux avec sa nouvelle lentille, même avec le couvre-œil transparent qu'elle porte.

« Ça va aller mieux très vite, quand la pupille va être moins dilatée. C'est déjà une énorme amélioration. Je ne peux dire à quel point c'est rassurant d'entendre le Dr Brodovsky et son équipe me décrire ce qu'ils font durant l'intervention. C'était formidable! »

Susie Strachan est une spécialiste en communications auprès de l'Office régional de la santé de Winnipeg.

Ce que vous devez savoir au sujet des cataractes

Qu'est-ce qu'une cataracte?
Une cataracte est une perte de transparence (opacification) du cristallin qui est causée par le vieillissement, un traumatisme de l'œil ou certaines maladies systémiques. Certaines personnes ont une vision floue ou embrouillée, une vision double, de la difficulté à voir en conduisant le soir et une sensibilité à la lumière. Dans un œil normal, la lumière passe à travers le cristallin transparent et converge vers la rétine, à l'arrière de l'œil. Dans un œil présentant une cataracte, le cristallin devient trouble ou embrouillé et la vision se déforme. Quand une mauvaise vue nuit à vos occupations quotidiennes, il est peut-être temps d'avoir une chirurgie de la cataracte. La seule façon de traiter une cataracte est d'enlever le cristallin.

Quels sont les traitements?
Quand la cataracte interfère avec vos activités quotidiennes normales, vous pouvez consulter un ophtalmologiste pour qu'il l'enlève par chirurgie. Durant l'opération, le chirurgien utilise des ondes ultrasoniques pour briser le cristallin en petits morceaux qu'il enlève par succion à travers une très petite ouverture. Il implante ensuite une lentille intraoculaire (LIO) pour remplacer le cristallin naturel. Il y a deux types de LIO sur le marché; votre chirurgien discutera avec vous du type de lentille qui convient le mieux pour votre problème oculaire et vos habitudes de vie.

Qu'est-ce qu'une lentille intraoculaire?
Une lentille intraoculaire (LIO) est une lentille artificielle implantée dans l'œil au cours d'une chirurgie de la cataracte pour remplacer le cristallin naturel.

Quel type de LIO me convient le mieux?
Il y a plusieurs forces de lentilles LIO, comme pour les prescriptions de lunettes ou de verres de contact. C'est votre médecin qui déterminera le type de lentille qui convient le mieux à votre œil.

De quoi les LIO sont-elles faites?
Souvent, les lentilles intraoculaires sont faites d'acrylique ou de silicone.

Y a-t-il des complications possibles après l'implantation d'une LIO?
Le taux de succès de la chirurgie de la cataracte est excellent. Les complications sont rares, et la plupart de temps, elles peuvent être traitées. Il peut se produire un décollement de la rétine, une infection, une inflammation ou une augmentation de la pression intraoculaire.

Est-ce que la lentille intraoculaire doit être remplacée éventuellement?
Normalement, l'œil tolère très bien la lentille intraoculaire, mais dans certains cas rares, la LIO doit être remplacée. Pour plus d'informations au sujet des cataractes, visitez le site Web du Centre d'excellence en santé oculaire.

Source : Centre d'excellence en santé oculaire de Winnipeg