Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Headline: Prévention des blessuresQuestions de santé
Prévention
des blessures

Comment éviter à votre enfant une
visite au service d'urgence cet été
Photo of Darcy BeerPar le Dr Darcy Beer ÉTÉ 2017
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Les journées peuvent être très mouvementées au service d'urgence de l'Hôpital pour enfants du Centre des sciences de la santé de Winnipeg. Et c'est particulièrement vrai quand il s'agit de soigner des enfants qui se blessent en été.

Seulement dans la dernière semaine, j'ai traité un certain nombre d'enfants pour des blessures, dont quatre pour une fracture du bras et cinq pour des traumatismes à la tête. Et je ne suis pas le seul. Il y a des dizaines de fournisseurs de soins de santé dans notre service et nous sommes tous extrêmement occupés durant les mois d'été à soigner des enfants.

C'est comme cela partout au pays. Une étude menée en 2011 a constaté que le taux de blessures chez les jeunes Canadiens entre 12 et 19 ans en 2009-2010 était d'environ 27 pour cent plus élevé que pour tout autre groupe. Et ces blessures sont majoritairement faites durant les mois de juin, de juillet et d'août.

Rien d'étonnant à ce que le taux de blessures chez les enfants augmente en même temps que les températures. Après tout, les jeunes de tous les âges passent plus de temps dehors durant l'été, ce qui accroît les risques de blessures. Mais un fait troublant est que le taux de blessures chez les enfants semble être à la hausse. Il y a plusieurs raisons pouvant expliquer cela, mais l'une de mes théories a rapport avec YouTube.

Les jeunes essaient d'imiter les trucs et acrobaties qu'ils voient en ligne sans se rendre compte qu`il faut beaucoup de pratique pour les professionnels avant de faire une vidéo assez impressionnante pour l'afficher sur le Web.

Alors, quelles sont les blessures les plus communes et comment peut-on les éviter?

Les blessures les plus communes, et de loin, que nous traitons au service d'urgence de l'Hôpital pour enfants sont les entorses, les lacérations, les fractures du bras et les traumatismes à la tête, habituellement à la suite de chutes.

Les jeunes qui se blessent sont âgés de cinq à seize ans. En général, les blessures des plus jeunes sont dues à une chute d'une structure de jeu ou d'un arbre. Les enfants plus âgés se blessent généralement en faisant de la planche à roulettes ou du vélo ou en pratiquant divers sports.

Les parents de jeunes enfants peuvent être tentés de réduire les risques de blessures en empêchant les enfants de grimper aux structures des terrains de jeu ou aux arbres.

Mais ce n'est pas nécessairement la chose à faire. Le fait est que tous les enfants ont besoin de jouer et doivent s'habituer à prendre des risques calculés, ce qui les aide à développer leur motricité et leur jugement.

La meilleure chose qu'un parent ou un tuteur puisse faire pour diminuer les risques est d'être présent pour superviser l'enfant pendant qu'il joue.

De cette façon, l'enfant sera capable de jouer sans prendre des risques inacceptables pouvant entraîner une blessure.

Les traumatismes crâniens, ou commotions cérébrales, représentent un problème. Selon moi, nous voyons environ quatre à six jeunes par jour avec des blessures à la tête à l'urgence de l'Hôpital pour enfants. Dans bien des cas, soit 20 à 25 pour cent environ, ce sont des jeunes qui faisaient de la planche à roulettes ou du vélo sans porter de casque.

Ces blessures peuvent être très sérieuses et affecter l'enfant pour le reste de sa vie, ou même être fatales.

Le port du casque ne peut empêcher toutes les commotions cérébrales, mais il diminue les risques de blessures pour l'enfant. Une revue de recherches publiée l'an dernier par les statisticiens Jake Olivier et Prudence Creighton à l'University of New South Wales en Australie insiste sur ce point. Les auteurs affirment que le port du casque peut diminuer de 70 pour cent les risques de graves blessures à la tête.

Il est aussi important de s'assurer que votre enfant est bien préparé. Je donne des cours de vélo de montagne, et vous seriez surpris de voir le nombre d'enfants qui se présentent avec un vélo qui n'est pas en bon état de marche.

Prenez le temps de vous assurer que la bicyclette de votre enfant fonctionne bien, surtout les freins. Et veillez à ce que le jeune comprenne les rudiments de la conduite à vélo, par exemple, comment descendre une colline ou rouler en sécurité sur la route.

Un petit détail très important au sujet du vélo de l'enfant : assurez-vous que les embouts du guidon sont recouverts d'un manchon. Sans manchon, les embouts ont une forme de tuyau vide, qui peut être très dangereux. Au service d'urgence, nous avons traité un certain nombre d'enfants ayant subi de graves blessures à l'abdomen après avoir été empalés par un guidon sans manchon.

Bien entendu, il n'y a aucune garantie qu'en suivant ces conseils, vous éliminerez complètement les risques de blessures pour votre enfant, mais vous augmenterez ses chances de passer son été à jouer dehors sans avoir à se rendre au service d'urgence de l'hôpital.

Le Dr Darcy Beer travaille au service d'urgence de l'Hôpital pour enfants du Centre des sciences de la santé. Cet article a été publié initialement dans le Winnipeg Free Press le vendredi 14 juillet 2017.