Guerir notre systeme des ante banner ad
Le Courant
Abonnement English Suivez:
Headline: Tournés vers l'avenirArticle vedette
Tournés vers l'avenir
Des carrières dans le domaine médical
attirent des élèves autochtones
Les élèves diplômées du programme MCEP 2017, de gauche à droite : Alexis Clarke, Danielle Semko, Aleah Berens et Charlene Anderson.
Par Susie Strachan ÉTÉ 2017
Partagez
Share this on Twitter Share this on Facebook Share this via Email

Mettez Alexis Clarke dans une situation impliquant une intervention chirurgicale et elle se concentre immédiatement sur le scénario qui se déroule devant elle.

En effet, Alexis rêve d'être chirurgienne un jour; elle est l'une des cinq élèves qui ont récemment décroché leur diplôme du programme d'exploration des carrières médicales (MCEP) à l'école Children of the Earth High School.

Ce programme, qui a pour but de faire découvrir aux élèves les possibilités de carrière dans les soins de santé, était le tremplin parfait pour Alexis Clarke.

« Je veux devenir chirurgienne, affirme Alexis. J'ai vraiment aimé voir des opérations au Centre des sciences de la santé, comme une résection du foie et une chirurgie de la main. Puis j'ai été au Centre de santé Misericordia, où j'ai assisté à une chirurgie de l'œil, et ici à la clinique Pan Am, où j'ai assisté à des interventions du genou et de l'épaule. »

Photo of LeeAnne Gullette and Alexis Clarke
Après que LeeAnne Gullette, coordonnatrice de la recherche à la
clinique Pan Am, a montré à Alexis Clarke comment utiliser les
contrôles de l'appareil d'entraînement, l'élève a commencé à
pratiquer les exercices permettant de réparer une déchirure du
ménisque du genou. Ce fut pour LeeAnne une agréable surprise
de voir Alexis compléter l'exercice. « J'ai vraiment aimé ça »,
raconte Alexis, montrant l'appareil. « Je peux en avoir un
comme ça? »

Alexis Clarke s'est inscrite à l'Université de Winnipeg pour l'automne et veut se diriger vers le département des sciences de la vie de l'Université de Toronto, une voie qui la mènera, espère-t-elle à l'école de médecine.

Contrairement aux autres élèves du MCEP, qui s'inscrivent au programme en 9e année, Alexis est arrivée à l'école Children of the Earth au deuxième semestre de la 10e année. Il n'a pas fallu longtemps avant que l'école la fasse passer du programme régulier au MCEP. « Mes cours favoris étaient les mathématiques pré-calcul à l'autre semestre, et la chimie ce semestre-ci », explique-t-elle, ajoutant qu'elle aime tout ce qui a rapport avec la médecine.

Son enseignante, Kirsten Dobriansky, raconte qu'Alexis était une élève brillante, assoiffée d'apprendre, qui voulait transmettre les traditions et enseignements culturels de sa grand-mère.

« C'est une élève d'une grande bonté, compatissante et attentionnée; elle essaie toujours d'être un modèle pour les autres et cherche des moyens de les aider. Elle place les besoins du groupe en priorité et analyse les situations de son point de vue unique afin d'offrir une rétroaction constructive. »

En plus d'Alexis Clarke, quatre élèves ont obtenu leur diplôme du MCEP au printemps.

Lancé en 2007, le programme a été créé par l'Office régional de la santé de Winnipeg et la Division scolaire de Winnipeg en partie afin d'augmenter le nombre d'Autochtones travaillant dans le système des soins de santé. Actuellement, les Autochtones représentent environ 11 pour cent de la population (d'après le recensement de 2011), mais seulement six pour cent des travailleurs du système de soins de santé.

Les élèves inscrits au programme à l'école Children of the Earth suivent les cours réguliers du tronc communs, plus les cours du MCEP, qui sont élaborés de façon à appuyer les stages cliniques à divers établissements de la ville, dont la clinique Pan Am, le Centre des sciences de la santé de Winnipeg, le Centre de santé Misericordia, le Red River College et l'Hôpital Grace.

La matière du cours porte notamment sur les systèmes et appareils du corps humain, l'anatomie, la physiologie et le service à la clientèle. Les élèves apprennent également des méthodes de guérison traditionnelles et l'usage de plantes médicinales et ils se servent de technologies de communication pour améliorer leurs compétences en informatique. Les participants au programme MCEP reçoivent 1000 $ du Fonds des perspectives d'avenir pour chaque année du secondaire qu'ils terminent, afin qu'ils poursuivent leurs études au postsecondaire.

« Les élèves diplômés en 2017 du programme MCEP figurent parmi les jeunes femmes les plus remarquables à qui j'ai eu le plaisir d'enseigner, explique Kirsten Dobriansky. Elles démontrent beaucoup de résilience et un grand dévouement. Ce sont des jeunes femmes déterminées qui travaillent dur et ont des aspirations élevées, et je suis confiante qu'elles seront capables de les réaliser. J'ai enseigné à ce groupe depuis la 10e année et j'ai constaté une énorme évolution tant sur le plan personnel que scolaire chez chacune d'elles. »

Voici les autres élèves qui ont décroché leur diplôme cette année.

Christine Daniels

Photo of Christine Daniels and Annette Kressock
Christine Daniels apprend comment prendre une lecture de la tension artérielle avec l'aide d'Annette Kressock, une infirmière autorisée de la section des traitements mineurs de la clinique Pan Am.

Photo of Christine DanielsAprès avoir suivi les stages dans différents établissements de la Région et les cours du MCEP, Christine Daniels a décidé de faire carrière en sciences infirmières.

« Nous avons vu autant de cas que possible », raconte-t-elle, précisant les secteurs qui lui ont plu davantage, comme la chirurgie, la radiologie et autres services diagnostiques, la salle des plâtres et les postes de soins mineurs. « Mon plan, c'est de faire une première année à l'Université de Winnipeg, puis de m'inscrire au Red River College. »

Les matières préférées de Christine à l'école Children of the Earth comprennent les mathématiques pré-calcul, la biologie, la chimie et l'anglais, mais elle n'aime pas trop l'histoire.

« Notre professeure, Kirsten Dobriansky, est formidable. Elle est vraiment une passionnée de ce qu'elle enseigne, surtout des sciences et de la médecine. L'un des cours que j'ai le plus aimés, c'est quand elle nous a aidés à mémoriser tous les os du corps. »

Daniels est vraiment une travailleuse acharnée; elle travaillait à temps partiel en même temps qu'elle suivait les cours à l'école, selon Mme Dobriansky. « Elle se fixe des objectifs et travaille sans relâche pour les atteindre, et aucun obstacle ne peut la décourager; elle aide aussi les autres autour d'elle. »

Danielle Semko

Photo of Danielle Semko and Cayla Mooney
Danielle Semko apprend comment régler l'appareil de radiographie à la clinique Pan Am, avec les conseils de Cayla Mooney, technicienne en radiologie médicale.

Photo of Danielle SemkoPour Danielle Semko, l'un des meilleurs moments du stage de 12e année a été d'observer le personnel travailler au département de radiothérapie du Centre des sciences de la santé de Winnipeg.

« Ils injectent une substance radioactive puis ils prennent des radiographies pour le cancer, raconte-t-elle. Voir des interventions chirurgicales était aussi vraiment passionnant. »

Danielle Semko prévoit faire une demande d'admission comme ambulancière paramédicale au Red River College. Elle devra d'abord finir une première année universitaire, peut-être à l'Université de Winnipeg. « Je pense devenir ambulancière paramédicale parce que c'est un maillon essentiel dans le système des soins de santé. »

En même temps qu'elle allait à l'école et faisait ses stages, Danielle a aussi travaillé à temps partiel, selon sa professeure.

« Elle en fait toujours plus que nécessaire pour se donner des défis et n'hésite pas à sortir de sa zone de confort afin de devenir toujours meilleure », précise Mme Dobriansky, ajoutant que Danielle est une jeune femme déterminée et résiliente, qui cherche à protéger les autres, mais c'est aussi une artiste dotée d'un grand sens de l'humour.

Aleah Berens

Photo of Aleah BerensLes élèves qui ont décroché leur diplôme du MCEP ce printemps ne sont pas tous intéressés par une carrière dans les soins de santé. Mais ils considèrent tous que ce programme d'exploration des carrières médicales fournit une base scolaire solide qui incite à poursuivre des études au niveau postsecondaire.

« Pendant les trois années du MCEP, les élèves ont eu l'occasion de faire l'expérience du milieu médical dans diverses carrières, ce qui les a aidés à choisir celle qui les intéresse davantage, explique Kirsten Dobriansky. En faisant leurs stages, ils ont acquis une expérience de travail précieuse et ont appris à mieux se percevoir comme de futurs professionnels accomplis. C'est un bon tremplin pour réussir dans la carrière qu'ils choisiront, quelle qu'elle soit. »

Photo of Aleah Berens and LeeAnne Gullette
LeeAnne Gullette, coordonnatrice de la recherche à la Fondation de la clinique Pan Am, explique à Aleah Berens comment fonctionnent les muscles et tendons de la coiffe du rotateur.

Aleah Berens veut donner des ailes à ses rêves, littéralement. Elle veut devenir pilote de l'aviation commerciale.

« J'ai fait ma demande au Collège Providence pour les quatre années d'entraînement nécessaires pour avoir ma licence de pilote, explique Aleah. Ensuite, j'irai chez Harv's Air pour obtenir ma licence de pilote commerciale, et après au Red River College pour suivre le cours de maintenance d'aéronefs. »

La matière qu'Aleah préférait à l'école secondaire est l'éducation physique, parce qu'elle aime l'action. Elle n'est pas du genre à rester assise à un bureau et préfère un travail manuel. « Mon grand-père avait un avion, dit-elle, et chaque fois qu'il allait vers le Nord à Poplar River, il m'amenait avec lui. »

Selon Mme Dobriansky, Aleah Berens est « très engagée dans l'organisation de pow-wows et de danses, dans le perlage et la création de ses propres tenues cérémonielles. C'est une jeune femme compatissante, engagée dans sa communauté et toujours prête à aider les autres. »

Charlene Anderson

Photo of Charlene AndersonCharlene Anderson veut suivre le programme de formation en menuiserie au Red River College et prévoit travailler dans un atelier de menuiserie cet été.

Parmi les meilleurs souvenirs de Charlene durant le stage de 12e année, elle mentionne le fait d'avoir travaillé avec l'équipe de l'accès vasculaire du Centre des sciences de la santé de Winnipeg. « L'infirmier à qui j'étais jumelée m'a laissée retirer une intraveineuse ». Une autre expérience qui l'a marquée a été d'assister à une chirurgie plastique au CSS.

Selon Mme Dobriansky, Charlene Anderson a un grand sens de l'humour et est très perspicace; c'est une artiste douée et une athlète accomplie, une personne sur qui ses amis peuvent compter. Elle cherche constamment des moyens d'aller vers les autres et de les soutenir.

« Au cours des neuf dernières années, 42 élèves ont terminé avec succès le programme MCEP, explique Mme Dobriansky, et chaque jeune a profité de cette expérience ».

Photo of Charlene Anderson and Mary Kay Turner
Mary Kay Turner, technologiste en orthopédie et thérapeute en sport à la clinique Pan Am, travaille avec Charlene Anderson à la salle des plâtres.

« Pour les élèves qui complètent le programme, le MCEP comporte plusieurs avantages, comme de donner un bon aperçu des tâches liées à différentes professions dans le domaine des soins de la santé », précise Mme Dobriansky, ajoutant que les bourses accordées lorsque l'élève complète le programme avec succès les aide aussi à défrayer les coûts d'études postsecondaires. « De plus, ils acquièrent des compétences précieuses en communication, ainsi qu'une expérience de travail et un professionnalisme qui leur seront utiles plus tard dans la carrière choisie. »

Susie Strachan est une spécialiste en communications auprès de l'Office régional de la santé de Winnipeg.